neoleadership    guinee 
Neoleadership

RadioNLS
WINAMP    REALPLAYER    MEDIAPLAYER

Radio NLS à la carte

Charte de Nlsguinee
Equipe de Nlsguinee
Universités
Nos partenaires
Africatime
Africatv.info
Guinea-forum
Guineeconakry.info
Justin Morel Junior
Les Ondes de Guinée
Tamsirnews
Presse guinéenne
Le Lynx
Aminata.com
Guineenews.org
Kibarou.com
Kababachir.com
Nouvelle Tribune
Autres sites Guinéens
Liens Web
Etudiantguinee
La Villa Elijah
Partage Québec Guinée
Tchape Environnement
Presse
AAP/APA
IRIN
Jeune Afrique
Africa Mining Intelligence
Usinfo.Stat.Gov (USA)
RFI (F)
Aéroports
Aéroport Int. de Genève
Aéroports de Paris
Aéroport de Bruxelles
Autres aéroports
Articles
    Guinée : Yacine Diallo: entre l’oubli et le mythe - La formation d’un leader (Partie I)

    Sotelgui S.A

     lundi 31 octobre 2016   

    Introduction

    Yacine Diallo naquit il y a 119 ans, le 18 Octobre 1897. Dans la préface du livre que Boubacar Yacine Diallo a consacrée à cette figure mythique et oubliée de la Guinée, Jean-Pierre Ndiaye décrit Yacine – un ami de son père - comme un « homme de caractère et d’honneur, corpulent et robuste, calme et équilibré. Homme d’un savoir étendu avec une connaissance encyclopédique de l’histoire, des religions et des civilisations, il était un leader naturel ».

    Jean-Pierre Ndiaye indique que c’est avec le fervent désir de sortir son pays des ténèbres de l’indigénat et conforté par sa culture étendue que Yacine Diallo s’attela avec ses pairs à la réalisation de plans de développement économique des colonies françaises de l’Afrique, après la deuxième guerre mondiale.

    La formation d’un leader

    Né dans le village de Toulél-Nouma près de Labé, Yacine Diallo est d’une famille d’érudits musulmans. Son père Alpha Bacar Diallo fut un conseiller d’Alpha Yaya. Il est dit qu’Alpha Bacar Diallo négocia le départ des troupes de Samory Touré qui avaient assisté les Almamys du Fouta-Djallon à écraser la rébellion Houbou. Les origines familiales de Yacine Diallo imprégnées de la mystique de la connaissance expliquent sa quête incessante de savoir sur les civilisations et les religions, dans l’universalité des cultures humaines qui définira l’homme.

    À un jeune âge, Yacine Diallo fut envoyé pour étudier le coran chez le guide religieux Tierno Aliou Bhoubha Ndiyan. Il se distingua par son intelligence et son vif intérêt pour le coran et l’école française. Il est dit que, de son propre chef, Yacine Diallo commença à suivre de l’extérieur de la classe, les enseignements français à l’école primaire de Kouroula à Labé. Un jour, de la fenêtre où il était posté, il répondit à une question du maitre d’école à ses élèves. L’instituteur insista pour que son tuteur l’enrôle à l’école française. Une version différente dit que Tierno Aliou Bhoubha Ndiyan qui avait inscrit à l’école française ses propres enfants avait inclus Yacine Diallo après avoir consulté son père.

    En tout état de cause Yacine Diallo fut un élève prodige. À l’âge de 17 ans, il fut admis à l’école normale de Gorée – devenu William Ponty plus tard. Il en sortira majeur de sa promotion, à l’âge de 20 ans pour une carrière d’instituteur. Il exercera la profession pendant 20 ans à travers la Guinée : Pita, Kissidougou, Fotoba, Coyah, Kindia, Guéckédougou et Conakry.

    Durant ces 20 ans, Yacine étendit sa culture dans tous les domaines qui lui étaient accessibles. Il fréquentait les prêtres qui possédaient des livres. Il approfondit ses connaissances des religions et des langues dont l’anglais et le latin. On raconte que pour étudier le latin il fallait être chrétien.

    Qu’à cela ne tienne, Yacine Diallo décida de se convertir le temps d’accéder aux connaissances qu’il voulait. Cette forme de curiosité intellectuelle et d’indépendance d’esprit irritait et choquait. Ses adversaires politiques ne manqueront de le dépeindre comme un aliéné culturel. Mais, la démarche de Yacine Diallo était plutôt inspirée par son esprit universaliste – notamment sa compréhension des liens entre les religions monothéistes de l’Islam et du Christianisme.

    En même temps, Yacine Diallo approfondit ses connaissances de l’arabe pour mieux appréhender sa religion. Il obtint un prix du roi Ibn Saoud de l’Arabie. Il ne s’arrêta pas à mi-chemin. Il ajoutera à son arsenal culturel la musique en apprenant le solfège et en jouant le violon et le piano. Campe sur une vaste culture et un esprit imprégné d’art, Yacine Diallo exhalait une piété et une sagesse qui imposeront le respect à tous ceux qui l’approchèrent. Même le racisme colonial rampant ne pouvait avoir raison de cet esprit qui avait décidé d’embrasser et de faire sienne la totalité du savoir humain de son époque.

    Yacine Diallo dans l’éveil politique des colonies françaises

    Dans l’Afrique francophone de l’immédiat après-guerre, deux courants majeurs militaient pour l’émancipation des peuples colonisés. Les deux courants avaient des revendications similaires et tous voulaient une coopération étroite avec la France. Toutefois, leurs approches et leurs perspectives étaient différentes.

    Le premier courant, le RDA qui se définit comme un mouvement revendicatif et non comme un parti politique, dut sa survie à l’appui des communistes français. Le RDA n’avait aucun programme de développement des colonies. L’accélération du démantèlement de l’empire colonial français montrera l’impréparation des leaders du RDA à cet égard quand ils furent en charge de l’administration de leurs pays. Ils seront tous phagocytés par des camps et des idéologies extérieurs : le néo-colonialisme français ou l’expérience communiste.

    Diallo Yacine et Lamine Gueye ne furent pas participants au congrès constitutif du RDA à Bamako en 1946. Lamine Gueye voyait d’un mauvais œil la mainmise des communiste sur le mouvement. En plus des revendications d’amélioration de la vie dans les colonies, les deux leaders insistaient plutôt sur le développement économique ainsi que la modernisation des institutions politiques et sociales en coopération avec la France.

    Les conséquences d’une mort

    La vie de Yacine Diallo s’interrompit brusquement en Avril 1954. Diawadou Barry est élu pour le remplacer en battant Sékou Touré. Des témoins affirment que Sékou Touré jura de ne plus jamais perdre une élection en Guinée. L’année qui suivit enregistra plus de 35 incidents provoqués par les milices du PDG-RDA. Ce fut le début de la guerre larvée de 4 ans - 1954 à 1958 – avec plus de 1500 mort et des dizaines de milliers de blessés, principalement commis par les militants du PDG-RDA.

    Le PDG-RDA bénéficia de complicités multiples et troublantes. Le président du RDA, Houphouët-Boigny, finança la campagne de Sékou Touré. Il fit des pressions considérables pour assurer la victoire de son poulain. En même temps, Sékou Touré bénéficiait du soutien du gouverneur Général de l’époque, Bernard Cornut-Gentille avec qui, il est dit, il entretenait des relations homosexuelles (*référence).

    Enfin, en tant que syndicaliste, il bénéficiait de la main-forte des cellules communistes locales et celles de la métropole. En dépit des troubles et de violences documentées par les inspecteurs de l’administration coloniale, le PDG jouit d’une totale impunité. Ceci explique largement sa victoire écrasante lors des élections de 1957. Ces années sanglantes ne faisaient que préfigurer la terreur que le parti instaura une fois au pouvoir et la culture de violence politique qui en résultat et perdure encore en Guinée.

    Ourouro Bah

    • Prochain article : Yacine Diallo: entre l’oubli et le mythe (partie II) L’émergence et l’affirmation d’un leader • Le livre de Boubacar Yacine Diallo peut-être obtenu sur : https://play.google.com/store/books/details/Boubacar_Diallo_Yacine_Diallo_le_Guin%C3%A9en?id=1Hlx1lLcSuIC

    • Sur Radio Fréquence Gandal, Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon est entrain de conduire des débats sur le processus de l’indépendance en Guinée. Ces deux articles sont les fruits de ces causeries

    • (*) http://www.webguinee.net/bibliotheque/histoire/andre-lewin/sekou-toure-president/volume-1/chapitre15.html et http://www.webguinee.net/bibliotheque/histoire/andre-lewin/sekou-toure-president/volume-1/chapitre16.html#n378

    Transmis par Bashir Bah
    Pour www.nlsguinee.com


    Yacine Diallo: entre l’oubli et le mythe - La formation d’un leader (Partie II)

    La résistance ou les premiers pas dans la politique

    Yacine Diallo ne fut pas qu’un homme de culture. C’était aussi un homme d’action. Durant la deuxième guerre mondiale, avec des Français des colonies qui étaient opposés au régime de Vichy, il prit part à la résistance. Il est dit qu’il fut coopté du fait des liens étroits qu’il avait cultivés avec les chefs des diverses communautés de la Guinée. Peu de détails sont encore disponibles sur sa participation.

    On espère que des historiens guinéens ou africains, surtout ceux résidents en France, entameront des recherches dans les archives de la résistance pour documenter ses actions mal connues ainsi que celles de beaucoup d’africains des colonies dans la lutte contre le nazisme.

    Le député de l’émancipation

    À la fin de la deuxième guerre mondiale, Yacine Diallo fut encore coopté pour se présenter à la première élection de la députation de la colonie française de Guinée.

    Le système de l’indigénat avait maintenu la Guinée dans un régime arriéré et féodal. Une fois élu, Yacine Diallo saisira l’opportunité offerte par la Constitution de l’Union Française de l’après-guerre pour la suppression du régime de l’indigénat avec l’abolition des travaux forcés, des fournitures obligatoires et des traitements arbitraires des colonisés.

    Ceci lui valut le surnom de «ALDIANA YACINE» (littéralement : Yacine-le-paradis). Yacine Diallo et ses pairs allèrent au-delà des revendications contre l’indigénat. Ils inscrivirent leurs actions parlementaires dans une vision plus large. Soixante-deux-ans après la disparition de l’homme, leur stratégie de développement économique reste d’actualité: l’éducation, les infrastructures et des institutions politiques et administratives solides. Leur vision prend un relief tout particulier quand elle est mise en parallèle avec la débâcle continue de la nation guinéenne que la disparation subite de Yacine Diallo inaugura.

    Les fondations du développement

    Homme de culture, charismatique et sage, Yacine Diallo était un pôle d’attraction de l’élite intellectuelle et politique de son époque. Son appartement à Paris « était comparable à un véritable cénacle fréquenté par des hommes tels que Ampâté Bâ, Boubou Hama, Lamine Guèye, Léopold Senghor, Roger Garaudy, Gabriel d’Arboussier, Barry Ibrahima III, Telli Diallo, Pierre Mendès-France, Fily Dabo Sissoko, Guy Mollet, Aimé Césaire, Felix Houphouët-Boigny, Gaston Monnerville, Gaston Deferre». Il put ainsi faire de la Guinée le centre d’intérêt de la France et un pôle d’attraction pour les investissements.

    À son actif il y a le financement du barrage de Konkouré par le FIDES, élément essentiel d’une industrialisation de la Guinée. À cela, il ajouta l’institut de recherche fruitière de Foulaya, l’institut Pasteur et le centre pharmaceutique de Sérédou jetaient les bases de recherches adaptées à des besoins locaux.

    Fervent croyant du développement du capital humain, Yacine Diallo éleva le budget de l’enseignement et de la santé à 30% budget de la colonie guinéenne. Il obtint des financements pour l’école de formation des enseignants de Dabadou et le projet du lycée fédéral de Dalaba. Il sponsorisa des projets de lois visant à améliorer les conditions de vie des étudiants, des travailleurs, des anciens combattants et d’un système mutualiste de protection sociale. À cela il ajouta la loi de rémunération équitable des produits agricoles.

    Le résultat fut qu’un nombre considérable de guinéens exilés dans les colonies voisines pour échapper aux rigueurs de l’indigénat retournèrent dans leur pays. Le respect dont bénéficia Yacine Diallo parmi ses collègues à l’assemblée nationale française était manifeste. «Il était remarqué par la sagesse de ses interventions et par la rigueur de ses propositions, dossiers qui lui valurent cette épithète ‘d’autorité tranquille’ qui lui restera jusqu’à sa mort ».

    En 1947 le président français, Vincent Auriol entérina la stature d’homme d’état de Yacine Diallo en visitant la Guinée pour consacrer les nouveaux rapports de la France avec ses colonies d’Afrique.

    La réforme des institutions traditionnelles

    La chefferie traditionnelle avait été une puissante courroie de subjugation et d’exploitation des populations. Yacine Diallo entreprit de la réformer, conscient du poids des réalités sociales et de l’interaction des coutumes avec les lois. Il défendit le maintien des chefs et combattit l’idée de leur élection que soutenaient certains adversaires «progressistes ». Sa position était fondée sur la sociologie mais aussi sur les contraintes démographiques et logistiques de l’époque. Il était impossible d’organiser des scrutins transparents sans recensement fiable et sans un fichier d’état civil.

    À la place d’élections des chefs, Yacine Diallo suggéra un système de cooptation. Il proposa leur inclusion dans la hiérarchie de l’administration coloniale : les chefs de village comme cadres moyens et les chefs de canton comme cadres supérieurs et leur soumission aux contrôles des inspecteurs administratifs. En outre, il proposa leur affiliation à une caisse de retraite afin d’éliminer les tentations des abus.

    Avec la semi autonomie de la loi-cadre de 1957, le PDG abandonna ces réformes et démantela rapidement la chefferie traditionnelle en Guinée. Il se dota ainsi les moyens de contrôle des populations à la base et put organiser la fraude électorale du référendum de Septembre 1958.

    Le mythe et l’histoire

    Les opportunités saisies ou ratées des nations fermentent leurs mythes. Le questionnement sur la faillite de la Guinée a un corollaire qu’il est impossible de réprimer : celui de savoir ce que serait devenu le pays, eût Yacine Diallo vécu plus longtemps pour conduire le territoire guinéen au vote de l’indépendance.

    La nostalgie et les regrets sur le gâchis se mélangent pour entretenir le mythe vivace de la promesse perdue que fut Yacine Diallo. Y contribuent aussi, les efforts déployés par les régimes guinéens - celui du PDG en particulier - pour effacer son nom de la mémoire collective. L’ampleur de la faillite ne fera que renforcer ce mythe.

    Le halo de mensonges du PDG et une insidieuse conspiration du silence ont tronqué le passé de la Guinée. Ce halo a enveloppé les forces balbutiantes de progrès dans une confusion désarmante. L’impératif d’émancipation requiert la pulvérisation de ces mensonges. Le travail de Mr. Boubacar Yacine Diallo pour exhumer l’œuvre et la mémoire de Yacine Diallo va dans ce sens. Il incombe aux historiens et acteurs politiques de travailler à la résurrection du passé dans toute sa complexité.

    Dans ce processus, la vie et l’œuvre de Yacine Diallo ainsi que celles de beaucoup de combattants de l’émancipation africaine doivent être préservées, non pas comme des milliaires de regrets, mais comme sources d’inspiration.

    Pour se former, une nation n’a comme outils que les combats et les actions de l’histoire. Quand la nation est en faillite comme c’est le cas de la Guinée, ces outils sont des armes de premier recours pour endiguer le recyclage perpétuel de la médiocratie et du minimalisme qui autrement continuera à la miner et à la ruiner.

    Par Ourouro Bah

    Notes:
    • Le livre de Boubacar Yacine Diallo peut-être obtenu ICI.
    • Sur Radio Fréquence Gandal, Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon est entrain de conduire des débats sur le processus de l’indépendance en Guinée. Ces deux articles sur Yacine Diallo sont les fruits de ces causeries.

    Transmis par Bashir Bah
    Pour www.nlsguinee.com

    Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs, www.nlsguinee.com n'est pas responsable de leurs contenus.



© Copyright www.nlsguinee.com / (Tous droits réservés)


retour
Evolutions dans l'histoire



Chefs des partis politiques


Visitez nos partenaires


Images de la Guinée profonde
Ces images sont bien des réalités de ce magnifique pays! La Guinée est pourtant l'un des pays les plus riches au monde du point de vue ressources naturelles.
Cette faillite économique est le résultat du pillage systématique des biens publics, le clientellisme, la corruption, le détourment des fonds publics et une mise à l'écart de la majorité des cadres compétants et intègres du pays.
Réagissez et dites au monde entier ce que vous pensez de cette situation.
Contactez-nous | Charte de NLS | © 2005 Nlsguinee.com | Webmaster: Elhadji B. LY à Zurich | | Voir livre d'or | signer livre d'or