neoleadership    guinee 
Neoleadership

RadioNLS
WINAMP    REALPLAYER    MEDIAPLAYER

Radio NLS à la carte

Charte de Nlsguinee
Equipe de Nlsguinee
Universités
Nos partenaires
Africatime
Africatv.info
Guinea-forum
Guineeconakry.info
Justin Morel Junior
Les Ondes de Guinée
Tamsirnews
Presse guinéenne
Le Lynx
Aminata.com
Guineenews.org
Kibarou.com
Kababachir.com
Nouvelle Tribune
Autres sites Guinéens
Liens Web
Etudiantguinee
La Villa Elijah
Partage Québec Guinée
Tchape Environnement
Presse
AAP/APA
IRIN
Jeune Afrique
Africa Mining Intelligence
Usinfo.Stat.Gov (USA)
RFI (F)
Aéroports
Aéroport Int. de Genève
Aéroports de Paris
Aéroport de Bruxelles
Autres aéroports
Articles
    William Sassine d’outre-tombe : "Guinée ou Les révoltés du Bounty dans le Titanic" (Saïdou Nour Bokoum)

    Sotelgui S.A

     mardi 21 février 2017   

    J’ouvre ici une des coursives du bateau guinéen devenu, Les révoltés du Bounty dans le Titanic. Deux tragédies historiques transposées à l’écran par Hollywood. Mais mon propos ne prend de sens qu’en lisant les histoires vraies de ces deux catastrophes humaines séparées par deux siècles.

    Les révoltés du Bounty étaient l’équipage d’un navire dont le capitaine était contesté par ces derniers pour son extrême rigueur, voire sa cruauté. Ils le jetèrent à l’eau et décidèrent de rester dans l’île dont ils traitèrent les natifs en quasi-esclaves, mais ces derniers finirent par les massacrer. Le capitaine quant à lui, put parvenir en Angleterre dans une simple chaloupe au terme d’un parcours inouï et héroïque de 7OOO kilomètres.

    Le film Le Titanic, mieux connu par les Guinées – en principe – fit naufrage en heurtant un bloc de glace et tous ses passagers restèrent dans les bas-fonds, sauf quelques miraculés, dont une dame qui relate l’histoire et que Hollywood transformera en une merveilleuse idylle entre deux jeunes premiers ; mais si l’acteur Léonardo Di Caprio est devenu le Brando du 21èmesiècle qui jouait le meneur de la mutinerie du Bounty, Kate Winslet sa partenaire semble être retombée dans les bas-fonds en compagnie de la carcasse du Titanic, tout comme Rose, le personnage qu’elle incarnait.

    Qui se souvient de ces deux-là ? Ainsi en est-il de la Guinée d’aujourd’hui : une classe hégémonique est au gouvernail d’un navire qui a mis le cap sur nos dorsales gonflées de minerais, naviguant entre le mont Nimba ou le Simandou.

    La masse qui croupit dans les cales, serait le conglomérat des roturiers embarqués sur le Titanic, en partance pour le paradis de l’émergence, en compagnie des BRICS, (1) en chantant « Guinea’s back ! », pendant que les Sirs et dames de l’aristocratie londonienne, vautrés dans ses cabines de luxe, croient que le Titanic les emportait vers « le rêve américain ». L’imbrication et l’analogie de ces deux drames historiques est encore plus cruelle avec la suite de l’aventure des révoltés du Bounty «échoués aux Îles Pitcairn, après avoir jeté leur capitaine à la mer.

    En effet se sont retrouvés très vite pires dans la cruauté, envers des populations de l’île où ils avaient décidé de planter le drapeau félon de leur « indépendance » ; populations réduites à « être » des bêtes de somme. Mais « Les sauvages » se révolteront à leur tour contre les rebelles blancs assoiffés de liberté devenus maîtres pourfendeurs de libertés. Les sauvages ilotes, leurs hôtes, seront à la hauteur de leur « réputation » européocentriste : « sauvages », « cruels », en maniant des haches, des sagaies, voire leurs crocs, etc.

    L’Etat sauvage qu’est devenue la Guinée est ce bateau sur lequel se sont embarqués les passagers du Titanic, les sauvages de la Polynésie et piloté d’abord par Trevor Howard, puis par Marlon Brando et l’équipage révolté.

    Quand des « vendeurs de takoula, des marchandes de kou kalama, quand des danseurs de doumdoumba », sont promus aux plus hautes fonctions de l’Etat, alors que de jeunes cadres honnêtes et compétents n’ont le choix qu’entre moisir ou mourir, il ne reste plus au grand metteur en scène de la tragédie guinéenne, maître du « final cut », qu’à faire comme leurs modèles hollywoodiens, la promotion et l’hégémonie d’une « classe » cruelle, engoncée dans la jouissance avec les beautés tropicales, en refusant d’affronter la Loi anglaise et les rigueurs de la sélection par la compétence.

    Mais nous sommes bien en Guinée et pas au bord de la Tamise et voilà qu’à l’occasion du 20èmeanniversaire de sa mort, d’outre-tombe, William Sassine qui, à 53 ans a trinqué sa vie à notre santé, après avoir donné des conseils à Fory Coco, le général président d’alors revoici Sassine , suppliant Alpha Condé.

    Ainsi :

    Alpha fais comme Julius Niéré, ne fais pas comme Idi Amine
    Alpha fais comme Rawlings, Kufuor, ne fais pas comme Eyadéma
    Alpha fais comme Amadou Toumani Touré, Alpha Oumar Konaré, ne fais pas comme Moussa Traoré
    Alpha fais comme Kérékou, ne fais pas comme Paul Biya
    Alpha, fais comme Abdou Diouf, ne fais pas comme Ali Bongo ou Sassou Nguesso
    Alpha, fais comme Abdoulaye Wade, ne fais Pas comme Idriss Déby
    Alpha fais comme Senghor, ne fais pas comme ton ami Issoufou du Niger
    Alpha fais comme Yaya Jameyh grâce à toi (?)
    Ne fais pas comme..Alpha Condé en Guinée.
    Alpha j’ai vu les Révoltés du Bounty à Kankan
    C’était au cinéma de papa.
    Quant au Titanic,
    Je suis parti l’année où il naquit
    Le Titanic ?
    Il est né trois décennies avant moi
    Alors j’ai quitté Alfa
    Pour rejoindre Oméga
    Le même bateau quoi :
    Les Révoltés du Bounty dans le Titanic !
    Héé Kéla !

    Je ne suis pas Sassine qui tous les lundis assassinait la Bêtise majoritaire. En écrivant. En vain. Mais je ne suis pas un roturier du Titanic, ni un révolté de l’équipage du Bounty, massacreur de « peuplades ».

    Aujourd’hui les jeux sont faits. Les ballades en haute mer dans un Titanic envahi par les révoltés du Bounty, très peu pour moi. Mais j’ai tout aussi horreur de me tourner les pouces ou me torturer les méninges en regardant la mer se retirer avec l’enfant du bain, emportée comme jadis, La promesse de l’aube, née un historique 28 septembre, massacrée un autre lugubre 28 septembre.

    Et moi j’ajoute en me répétant.

    Il te suffit de faire libérer AOB, Fatou Badiar et leur compagnons d’infortune.

    Baisser le litron à la pompe, en tenant compte de la petite hausse ( ?) du prix actuel du baril

    Accéder immédiatement et non pas en septembre aux revendications des syndicats à la base, deal que les leaders ont niaisement (seulement ?) et trop vite signé.

    Supprimer la TVA ou en tout cas faire en sorte que ce ne soit pas la ménagère qui trinque en fin de parcours de ce vide-panier qui a aggravé la misère depuis tes mandatures.

    Rouvrir les écoles, ce qui ne serait qu’une des heureuses conséquences de la satisfaction de leurs revendications.

    La qualification des maîtres, la « sur-formation » des contractuels en plus ou en moins, sont des données, des paramètres à mettre en perspectives pour une véritable reconstruction de L’Ecole guinéenne actuellement en faillite de haut en bas.

    Ce sont là des mesures urgentes, immédiates à prendre pour accompagner ces nouveaux martyrs de la démocratie cannibale de ce pays où le scandale géologique est synonyme de scandale humanitaire devenu centenaire. Sinon tu seras comptable des 5 morts de cette journée du 20 février qui s’ajouteront à tous les morts, crimes de sang, viols commis depuis 1956 où le Nègre a pris le pouvoir en Guinée. C’est la triste loi de l’accumulation primitive du pouvoir.

    Les syndicats ou plutôt les leaders ont attendu qu’il y ait 5 morts pour accepter d’attendre septembre pour mettre sur la table leur revendication phare : ils seront comptables de tous ces morts.

    Les principaux acteurs politiques ont attendu qu’il y ait encore 5 morts qui rejoindront tous les autres morts, pour se fendre de nouvelles et veules déclarations et ne reprendront les rues que pour parler d’élections, c’est-à-dire faire entendre les glouglous de leurs ventres mous.

    Saïdou Nour Bokoum

    Note : 1) BRICS : Brésil, Russie, Indes, Chine et Afrique du Sud, dits pays émergents…

    Transmis par Saïdou Nour Bokoum
    www.nrgui.com
    Pour www.nlsguinee.com

    Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs, www.nlsguinee.com n'est pas responsable de leurs contenus.



© Copyright www.nlsguinee.com / (Tous droits réservés)


retour
Evolutions dans l'histoire



Chefs des partis politiques


Visitez nos partenaires


Images de la Guinée profonde
Ces images sont bien des réalités de ce magnifique pays! La Guinée est pourtant l'un des pays les plus riches au monde du point de vue ressources naturelles.
Cette faillite économique est le résultat du pillage systématique des biens publics, le clientellisme, la corruption, le détourment des fonds publics et une mise à l'écart de la majorité des cadres compétants et intègres du pays.
Réagissez et dites au monde entier ce que vous pensez de cette situation.
Contactez-nous | Charte de NLS | © 2005 Nlsguinee.com | Webmaster: Elhadji B. LY à Zurich | | Voir livre d'or | signer livre d'or